ESPRIT DE COMBAT : L’HISTOIRE D’ASTON MARTIN EN GRAND PRIX RACING

Guy Gysemberg    2020-12-19 10:29:42   

Aston Martin est connue dans le monde entier pour ses succès de haut niveau dans les courses de voitures de sport. Une célèbre victoire pure et simple au Mans et une troisième victoire consécutive aux 1000 km du Nürburgring ont permis à Aston Martin d’être couronnée championne du monde des voitures de sport en 1959.



Plusieurs victoires de catégories au Mans s’étalent de 1931 à la victoire multi-classes de cette année qui a assuré le titre mondial des constructeurs d’endurance pour 2020 en catégorie GT. De nombreuses victoires en course et en classe au fil des ans ont consolidé la marque comme l’un des grands noms de la course d’endurance.

Les exploits d’Aston Martin en Grand Prix d’Europe, plus tard, de la Formule 1 sont peut-être moins connus. Ceux-ci ne sont peut-être pas aussi célèbres, mais ils sont tout aussi remarquables.

Aston Martin a été fondé en 1913 dans un petit atelier londonien par Lionel Martin et Robert Bamford
Depuis le tout début de l’activité, il y a 107 ans, la participation de haut niveau au sport automobile faisait partie intégrante de l’éthique et de l’identité mêmes de la société.

Désormais, alors que la marque de luxe britannique se prépare à revenir sur la grille de F1 pour la première fois en plus de 60 ans, c’est le moment idéal pour revenir sur les efforts précédents de la marque dans la classe de sport automobile la plus compétitive et la plus difficile au monde.


Années 1920 

Dès ses débuts à la tête de la toute jeune entreprise de voitures de sport, le co-fondateur d’Aston Martin, Lionel Martin, rêvait de mettre le nom de l’entreprise qu’il avait créée avec son partenaire Robert Bamford dans l’arène qui fait la une des journaux de Grand Prix.

Le nom Aston Martin avait été établi sur les courses de côte de Grande-Bretagne et Lionel lui-même avait connu un succès notable au volant de sa propre voiture, mais il savait que les courses de Grand Prix en Europe apporteraient une plus grande renommée dont il rêvait pour son entreprise.

Au début des « années folles », ce rêve est devenu réalité lorsque Martin a été présenté à un jeune pilote automobile, le comte Louis Zborowski. Ce fils immensément riche d’un comte polonais et d’une héritière américaine avait une soif inextinguible de vitesse et une forte envie de sport automobile.

Avec une fortune qui, en monnaies d’aujourd’hui, le classerait confortablement comme un milliardaire, Zborowski disposait d’amples ressources qui, alliées à sa connaissance actuelle d’Aston Martin en tant que pilote de certains des premiers modèles à soupapes latérales de la marque, lui ont donné confiance pour commander non pas une mais deux voitures de course.

En collaboration avec Lionel Martin et son équipe, ils ont élaboré un plan de construction de deux voitures pour participer à l’événement TT (Tourist Trophy) de l’île de Man en 1922. Zborowski a fourni environ 10.000 £ pour le projet - une petite fortune à l’époque - destinés non seulement aux voitures, mais également à la création d’un tout nouveau moteur de course à quatre cylindres, double arbre à cames en tête et 16 soupapes.

La première voiture Aston Martin Grand Prix, équipée de cette unité de 1.486 cm³, d’environ 55 ch à 4200 tr/min. La voiture pesait 750 kg, avait une vitesse de pointe de 85 mph (137 km/h) et disposait de deux sièges - un déporté, selon les règlements du Grand Prix de l’époque, pour accueillir le mécanicien embarqué qui était un membre essentiel de l’équipe, notamment parce qu’une partie de son travail était de pressuriser le réservoir de carburant via une pompe à main.

Inimaginable selon les critères actuels, la voiture venait par la route pour se rendre aux courses auxquelles elle participait.

Comme toujours avec Aston Martin, le moteur lui-même a sa propre histoire. Alors que les moteurs de course à 16 soupapes avaient été développés avec succès pendant quelques années en 1922 - Peugeot, Bugatti et A.L.F.A. avaient tous développé des unités 16 soupapes de grande capacité pour les courses et les records de vitesse - la genèse du groupe motopropulseur Aston Martin sera beaucoup plus animée.

Le proche ami et compagnon de course du comte Zborowski, Clive Gallop, a fait la connaissance de l’ingénieur de Peugeot Marcel Gremillion. Ce talentueux Français avait été l’élève du grand concepteur de moteurs Ernest Henry, parti chez Ballot.

Gremillion a persuadé Henry de lui donner des détails sur le moteur Ballot de 3,0 litres. Henry n’a fait que réduire de moitié ses dessins que Gremillion a ensuite adapté pour la Bamford & Martin à came unique avec 16 soupapes, en échange de ce qui a été décrit comme un sac substantiel de pièces d’or !

Ainsi, le demi plan de la 3,0 litres conçu par Henry est devenu le Bamford & Martin à simple arbre à cames, 16 soupapes, 1,5l.


Débuts en Grand Prix 

Alors que les châssis TT1 et TT2 étaient destinés à participer à l’épreuve du Tourist Trophy le 22 juin 1922, le temps leur manqua et il ne parvinrent pas à être prêt. Au lieu de cela, il a été décidé de donner aux voitures leur première sortie au Grand Prix de France de 2,0 litres le 15 juillet à Strasbourg - marquant ainsi les débuts en Grand Prix.

Zborowski était au volant de la TT1, avec Len Martin (aucune relation avec la marque) comme mécanicien, tandis que Clive Gallop pilotait la TT2 assisté du mécanicien H.J. Bentley (également aucune relation avec la marque).

Vu le manque de puissance dû à la cylindrée du moteur plus petite que celle requise pour la course, leur développement précipité et l’obligation de transporter du lest, les deux voitures ont abandonné avec des problèmes de moteur. Mais l’expérience était suffisamment exaltante pour que l’équipe naissante, basée à Abingdon Road, Kensington, poursuive l’aventure du Grand Prix.

Ayant été construites à la hâte au départ, les voitures TT ont été développées au fil du temps et dans les mois et les années qui ont suivi, elles ont remporté plusieurs podiums, dont une deuxième place au Grand Prix de Penya-Rhin 1922, organisé sur le circuit de Villafranca. L’équipe a répété le résultat lors du même événement l’année suivante, et a terminé troisième au Grand Prix de Boulogne, également en 1923.

La mort prématurée de Zborowski en 1924, au volant d’une voiture de course, a marqué le début de la fin de la première incursion d’Aston Martin dans le sport automobile de haut niveau. Malgré de nombreuses apparitions privées réussies, il faudrait encore 20 ans avant que la marque ne fasse reparler d’elle dans les courses de Grand Prix.


Années 1940 

Bien que techniquement pas une épreuve de « haut vol », le Grand Prix de Belgique des voitures de sport de 1946 mérite d’être noté dans le contexte des ambitions de course d’Aston Martin.

Le sport automobile de l’immédiat après-guerre en Europe était quelque peu archaïque par rapport aux développement incessants de technologie de l’époque.

Et il n’est pas surprenant que, moins d’un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la plupart des voitures mises en compétition n’étaient pas vraiment nouvelles.

Les Aston Martin « Speed Model » d’avant-guerre étaient toujours compétitives, et ce n’était donc pas étonnant de voir cette Aston Martin 2.0 litres de 1936, désormais célèbre, concourir dans le Grand Prix Automobile de Belgique de 1946, qui a eu lieu le 16 juin sur le parcours routier temporaire adjacent au Bois de la Cambre à Bruxelles.

Au volant de cet événement se trouvait l’un des personnages les plus colorés associés à la marque à savoir St John Ratcliffe Stewart Horsfall - ou « Jock » dans le monde de la course.


Né dans une famille aisée et l’un des six garçons, Jock s’est lancé très tôt dans le monde de l’automobile et a acquis sa première Aston Martin en 1934, à seulement 24 ans. Courreur à succès, Horsfall est rapidement devenu membre de la « famille » Aston Martin. et a considérablement aidé la marque lors du développement et des tests.

Pendant la guerre, il a servi avec le MI5 et parmi ses tâches variées figurait la tâche de conduire très rapidement des officiers et agents du MI5, des agents doubles et des espions ennemis capturés d’un endroit à un autre. C’était d’autant plus remarquable que Horsfall était astigmate et méchamment myope, mais a toujours été opposé au port de lunettes pour corriger sa vision.

Il a également été impliqué dans les tests de sécurité des sites navals et des aérodromes et était au courant de nombreuses informations hautement classifiées. Certes, son activité « secrète » la plus célèbre était son rôle de conducteur dans l’opération Mincemeat - une tromperie réussie envers les forces de l’Axe pour déguiser l’invasion alliée de la Sicile en 1943.

Fait intéressant, on pense que cette opération secrète a été inspirée par une note détaillant les tactiques de tromperie de l’ennemi rédigée en 1939 par le contre-amiral John Godfrey, directeur de la division du renseignement de la Royal Navy, et son assistant personnel, un certain capitaine de corvette Ian Fleming.

Lors du Grand Prix des voitures de sport de Belgique d’après-guerre, c’est Jock qui passa en premier sous le drapeau à damier devant les Frazer Nash, BMW et Alvis. Une victoire notable pour une machine déjà « vintage ».

La voiture de course était propulsée par un quatre cylindres à arbre-à-cames en tête de 1.950 cm³ développant environ 125 chevaux et pesant dans les 800 kg. Avec un habitacle ouvert « Ulster Style », deux sièges et des ailes séparées, il pouvait atteindre 120 mph (193 km/h).

Mais cette victoire en Belgique n’était pas encore le couronnement de sa carrière. C’est arrivé trois ans plus tard lorsqu’il a pris la deuxième place dans la catégorie et la quatrième au classement général des 24 heures de Spa en 1949 en tant que privé au volant d’une Aston Martin « Speed Model ». Ce qui rend cette réalisation si remarquable, c’est que Horsfall a choisi de conduire la voiture pendant les 24 heures en solitaire , alors que Paul Frère était affecté comme son copilote.

Malheureusement, Horsfall s’est tué un peu plus de quatre semaines plus tard dans un accident lors de la course BRDC Trophy 1949, organisée à Silverstone au Royaume-Uni. Sa position dans les rangs des propriétaires et passionnés d’Aston Martin est commémorée par l’Aston Martin Owners Club lors d’une course annuelle dédiée à sa mémoire : le St. John Horsfall Memorial Trophy.


Années 1950 

Les années 50 ont été une période passionnante pour Aston Martin. Le propriétaire de l’entreprise, Sir David Brown, qui avait acquis l’entreprise en 1947 avant de reprendre la marque Lagonda plus tard dans la même année. Sous sa férule, étaient créées des voitures de sport britanniques au style raffiné, d’un attrait toujours croissant.

Sir David a reconnu l’importance du sport automobile pour le succès commercial de la marque et, en 1955, il a élaboré un plan audacieux pour créer des voitures qui affronteraient la meilleure compétition du championnat du monde des voitures de sport à savoir le championnat du monde de Formule 1 encore relativement neuf.

Les livres d’histoire se concentrent sur les célèbres réalisations de la DBR1, lauréate des 24 heures du Mans, et de la DB3S qui l’a précédée, cependant la première monoplace, la DP155, pourrait être considérée comme un précieux exercice d’initiation pour la marque. Elle a été le précurseur des voitures de Grand Prix des années 1950. Parallèlement à ce projet, Sir David a lancé des travaux sur un nouveau moteur et une nouvelle conception de voiture de route qui deviendrait la DB4.


C’est ainsi que l’Aston Martin DBR4 a vu le jour. Testée dès 1957, ce n’est qu’en 1959 que la voiture fait ses débuts en compétition lors du BRDC International Trophy, organisé selon les règles de la Formule 1, à Silverstone en mai de la même année.

Deux voitures ont concouru et la voiture no. 1, piloté par le vainqueur des 24 Heures du Mans, Roy Salvadori, est arrivé en seconde place derrière Jack Brabham sur une Cooper-Climax T51. Propulsé par un moteur RB 250 à six cylindres de 2.493 cm³ à carter sec, de la même conception de base que le moteur de la voiture de sport DBR1, le DBR4/250 était une monoplace à châssis de 256 chevaux pesant 575 kg.

Bien qu’il soit conduit par certaines vedettes de l’époque, dont Roy Salvadori et Carroll Shelby, le DBR4 à moteur avant n’était plus en phase avec les voitures à moteur central et n’a pas pu réussir en Formule 1 ce que sa cousine la DBR1 avait accompli en voitures de sport. Après des débuts décevants, son héritière, la DBR5, Aston Martin s’est retirée de la catégorie monoplace du sport automobile de haut niveau en 1960.


Années 2010 

Ces dernières années, et après une pause de près d’un demi-siècle, les Ailes Aston Martin sont revenues dans les paddocks de Formule 1 du monde entier alors que la société devenait sponsor en titre et partenaire technique de Red Bull Racing, une relation qui a également engendré l’extraordinaire Hypercar Aston Martin Valkyrie qui devrait entrer en production en 2021.

La marque de luxe est en train de préparer un retour sur la grille en 2021 avec l’équipe Aston Martin F1, qui verra Aston Martin participer à une course de F1 pour la première fois en plus de 60 ans et perpétuer ainsi l’héritage créé par ses fondateurs Lionel Martin et Robert Bamford.

Lawrence Stroll, président exécutif d’Aston Martin, a déclaré : « Le retour du nom Aston Martin en Formule 1, face à une histoire aussi animée et dynamique dans le sport, est une période véritablement excitante pour nous tous impliqués dans cette grande marque du sport automobile britannique ».

« La grille de Formule 1 est le bon endroit pour Aston Martin. Et c’est là que cette marque devrait être, et je sais que ce prochain chapitre de notre histoire de course sera incroyablement passionnant pour les fans d’Aston Martin et de la F1, partout dans le monde. »

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.