La Maserati 8CTF et son terrain de chasse : les 500 Miles d’Indianapolis

Benoît Piette    2020-05-30 09:57:09   

Le sport automobile a toujours été dans l’ADN de Maserati : c’est en compétition que son mythe a commencé à se développer.

Ses deux victoires consécutives le 30 mai 1939 et le 30 mai 1940 aux 500 Miles d’Indianapolis, l’une des plus légendaires course automobile au monde, avec Warren Wilbur Shaw au volant, ont contribué à accroître la notoriété de la marque aux États-Unis et dans le monde.


les 500 Miles d’Indianapolis

Le 8CTF est une création inspirée d’Ernesto Maserati, qui remonte à 1938, conçue avec le soutien de la famille Orsi (les entrepreneurs de Modène ayant acquis l’entreprise en 1937).

Caractérisée par son moteur à huit cylindres coulés dans un monobloc avec la culasse (d’où le nom "8CTF", ou 8 cylindres "Testa Fissa" pour culasse fixe), la nouvelle voiture était l’arme choisie par Maserati pour revenir à la compétition face aux autres constructeurs européens.

La voiture qui a remporté les 500 miles d’Indianapolis en 1939 et 1940 était pilotée par l’équipe “Chicago Boyle Racing Headquarters” appartenant à Michael Joseph “Mike” Boyle . Elle a donc été inscrite à la course sous la bannière "Boyle Special".

Après les deux premières victoires, Shaw semblait destiné à un triplé historique en 1941, mais une crevaison l’empêcha de remporter la course américaine une troisième fois de suite.
En 1946, après une pause due à la Seconde Guerre mondiale, la même 8CTF que Shaw avait pilotée termina la course d’Indianapolis à la troisième place, cette fois avec Ted Horne au volant.

Elle fut suivie par une autre 8CTF, conduite par Emil Andres .
Horne répéta sa troisième place en 1947, avant de se classer quatrième en 1948. Ces résultats très impressionnants confirment l’étonnante longévité sportive de la conception initiale développée par Ernesto Maserati en 1938 et restée compétitive au plus haut niveau pendant une décennie.

Les performances de Maserati sur l’ovale d’Indianapolis ont posé les bases de la naissance d’un mythe italien aux États-Unis.
Son prestige est tel qu’en 2014, la HVA (Historical Vehicle Association) a enregistré la 8CTF comme la première voiture de production non-américaine à avoir obtenu une place dans les annales de la bibliothèque du Congrès américain.

Enfin, l’une des trois voitures construites, celle conduite par Wilbur Shaw lors des courses des 500 d’Indianapolis en 1939 et 1940, a été restaurée avec la peinture d’origine et est exposée au musée de l’Indianapolis Speedway.

La montée de Pikes Peak

Cependant, les succès de la 8CTF ne se limitent pas aux épreuves sur les traditionnels ovales américains, puisque cette Maserati a également remporté une autre course célèbre, la montée de Pikes Peak dans le Colorado, où Louis Unser a triomphé en 1946 et 1947.

La course de Pikes Peak se déroulait alors sur un parcours en montée d’environ 20 km, principalement sur des routes non pavées et avec 156 virages, ce qui constituait un redoutable test pour le pilote et sa monture.
La ligne de départ se trouvait à 1440 m au-dessus du niveau de la mer, et l’arrivée à 4300 m.

Autant de résultats assez exceptionnels pour une voiture qui a toujours su se montrer très compétitive dans des disciplines totalement différentes.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.