Le Ford Kuga atteint-il la maturité ?

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2020-08-22 13:41:05   

Apparu en 2008, 12 ans déjà, le Kuga revient au-devant de la scène avec cette troisième génération.

Bien évolué, voire totalement transformé.

Avec une habitabilité améliorée, des moteurs plus propres et des courbes plus attrayantes, ne serait-il pas le gendre idéal ?




Design.

Le changement est radical. Si les précédentes générations affichaient des lignes droites et des formes carrées, celle-ci se veut plus anguleuse et fait la part belle aux courbes.

Il est aussi plus grand de quelques centimètres en longueur (9 cm) et en largeur (4,5cm). Mais la hauteur ne change pas. Il paraît ainsi plus ramassé, plus racé.

Le Kuga intègre la nouvelle calandre hexagonale typique de la marque, assez imposante sur la face avant de cette version ST Line.


Les feux adoptent une nouvelle signature lumineuse et rentrent plus profondément dans les ailes avant.


La nouvelle plateforme modulaire C2 (déjà utilisée pour la Focus) apporte un gain important de poids d’environ 90 Kg.

Elle est plus rigide, tout profit pour le dynamisme.

Inside.

Si l’extérieur adopte un look inédit, l’intérieur à bord du Kuga, est moins dépaysant.

Bien sûr, je retrouve une planche de bord différente de la précédente génération mais, par contre, fort similaire à celle de la Focus, voire de la Fiesta.

Le cockpit virtuel fait son apparition dans la gamme, un plus pour les ‘Geeks’ se lassant rapidement des compteurs traditionnels.

🤪


L’écran tactile du système MultiMedia trône fièrement sur le milieu de la planche de bord.

L’éclairage de bord propose une couleur bleu-turquoise typique de la marque, toujours aussi plaisante.


Les sièges confortables apportent une bonne assise mais manquent de soutien latéral.

L’habitabilité arrière est très bonne (empattement à la hausse) avec une banquette (1/3 - 2/3) pouvant coulisser et s’incliner.

Tout bénéfice pour les passagers arrière.


Le volume du coffre n’est pas en reste.

Au contraire, il est l’un des plus grands du segment avec ses 645 litres, une augmentation de près de 190 litres par rapport à l’ancienne génération.

Sous le capot.

Le panel des motorisations est assez large avec de l’essence, du diesel mais aussi une version hybride.

Coté essence, Ford propose son petit et néanmoins tonique 3 cylindres 1,5L de 120 ou 150 ch.

Pour le diesel, 3 versions sont à l’affiche avec un 1,5L de 120 ch. Et un 2,0L de 150 ou 190 ch.

Pour la version plug-in hybride, nous avons un 2,5L essence atmosphérique et un bloc électrique pour une puissance totale de 225ch.


La boîte auto à 8 rapports est présente sur les versions hybrides et disponible en option, sur certaines autres versions.

Pour quelques jours, je prends en mains la version ST Line avec le plus puissant diesel, couplé à la boîte auto.

On the road.

Avec un châssis plus rigide et plus léger, le caractère dynamique du Kuga est mis en valeur. L’équipe de Lommel a apporté du peps à ce SUV.

La direction directe et précise, apporte un feeling naturel, ce qui se fait rare de nos jours. Elle vous met tout de suite en confiance.


Au gré des virages, le pied droit se fait plus lourd. A aucun moment, le Kuga ne rechigne à la tâche.

Le roulis reste légèrement présent, bien contenu et pas du tout handicapant pour augmenter la cadence.


Par contre, la suspension se révèle sèche pour les lombaires. Elle n’est pas vraiment en adéquation avec le confort attendu d’un SUV.

Difficile d’allier confort et dynamisme…


Peu de bruit de vent et le moteur très discret, surtout sur l’autoroute, soulignent la qualité de l’insonorisation.

Je retrouve des similitudes avec le Edge.

Avec une moyenne de 6,3L/100 km en usage mixte, la consommation est une bonne surprise.

Elle semble très raisonnable au vu des 190 ch. à nourrir, au gabarit et aux 4 roues motrices permanentes.

In Fine.

Ford revoit complètement sa copie pour cette nouvelle génération du Kuga.

La marque à l’ovale bleu reste fidèle à son image, marque qui prouve une fois de plus, son savoir-faire en matière de châssis dynamique.


Une qualité à souligner à l’époque où les voitures sont de plus en plus lourdes et aseptisées.

L’habitabilité est nettement à la hausse, pour satisfaire tous les occupants.
Il n’existe sans doute pas de gendre idéal mais ce Kuga est un gros challenger !


Les + :

- Choix motorisations.
- Habitabilité à la hausse.
- Look plus moderne.
- Dynamisme.
- Consommation.

Les – :

- Suspension ‘rude’.
- Boîte auto non disponible pour les modèles à essence.


Dimitri Haulet.

Nos photos.

Ford Puma.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.