Opel Corsa 1.2 - "Génération 6" !

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2020-03-25 10:59:35   

Avec plus de 13 millions de voitures vendues, Corsa, le nom perpétué par Opel depuis plus de 3 décennies, est la preuve d’un succès planétaire.

Cette fin d’année 2019 est choisie par la marque pour mettre sur le marché, son nouvel Opus : la sixième génération.



Et je ne me suis empressé de ‘booker’ cet essai car je m’amuse beaucoup au volant de ces ‘petites’ citadines.

Design.

Avec le rachat d’Opel par le groupe PSA, les synergies existantes auparavant sont multipliées.

La Corsa bénéficie de la plateforme CMP utilisée aussi par sa cousine Peugeot 208 et les ressemblances ne s’arrêtent pas à la mécanique.

Son look est à l’opposé de la génération précédente.

Difficile de trouver des similitudes, hormis le sigle Opel et le nom Corsa.


Il diffère aussi de celui de sa cousine 208, 2 looks distincts pour espérer satisfaire plus d’acheteurs potentiels au sein du groupe.

Cette Corsa montre certaines similitudes avec d’autres membres de la famille Opel.

Par exemple, la ligne de toit flottante présente aussi sur l’Astra.

Disponible uniquement en 5 portes, elle est une citadine au look tranché et réussi.


Sous le capot.

Les possibilités sont diverses avec de l’essence, du diesel et une full-électrique qui arrive bientôt.

Opel Corsa-E.

Puisque les consommateurs se détournent du diesel et que la vocation de cette Corsa est citadine, l’essence devrait représenter la majorité des ventes et être, sans doute, détrônée par le modèle électrique à son arrivée.

Pour les versions thermiques, Opel proposera 4 finitions avec, pour chacune, des motorisations variées.

Trois finitions sont au catalogue pour la version électrique.

Côté essence, le bloc reste un 1,2L avec ou sans turbo avec des puissances de 75, 100 et 130 ch. couplé à une boîte manuelle (5 vitesses pour la version 75 ch. et 6 pour les autres) ou automatique à 8 rapports.

Quant au diesel, une seule proposition avec le 1,5 Litre turbo développant 100 ch., couplé uniquement à une boîte manuelle à 6 rapports.


Je prends en mains pour quelques jours, la version ‘essence’ 100 ch. en boîte manuelle.

Inside.

La portière franchie, je m’installe dans un siège qui offre un confort de haut niveau et un excellent maintien.

Rare chez les citadines.

La position de conduite est bonne. Le siège peut être réglé assez bas ce qui plaira à certains.


Le tableau de bord utilise des plastiques moussés, un plus pour le rendu et le toucher.

Les finitions sont correctes.


L’accès aux places arrière n’est pas des plus aisé.

Les portières sont petites et l’espace aux jambes restreint.

Le coffre, volume de 309 litres, fait mieux que la génération précédente et est dans la moyenne actuelle.


Le design de la planche de bord est assez classique sans trop de gadgets.

L’écran multimédia est orienté vers le conducteur, détail pratique pour lire les informations. La navigation est fluide et intuitive.

A l’opposé de sa cousine 208, la climatisation garde ses boutons de réglages, à la fois simple et ergonomique.


On the road.

Si la mise en marche du petit 1,2 litre se fait en toute discrétion, les vibrations à l’arrêt nous rappellent qu’il n’a que 3 ‘pattes’.

Qu’importe, le ‘Start&Stop’ nous le fera oublier aux feux.

😊

Avec ses 100 ch., son dynamisme m’épate. Vaillant, il n’hésite pas aller au charbon.


La boîte manuelle à 6 rapports, bien étalonnée, suit la cadence.

Le sixième rapport est assez long pour éviter le bruit du moteur dans l’habitacle.

Le châssis est abouti et permet de pousser la petite dans les cordes sans la prendre en défaut.

Elle enfile les virages avec une telle facilité que cela devient très plaisant.


La suspension reste adaptée à la philosophie de la Corsa. Elle offre un beau mix confort/dynamisme.

La direction me paraît un peu floue. Le mode sport enclenché, ce ressenti diminue clairement.

In Fine.

Cette Corsa a changé radicalement de look et c’est tant mieux.

Le châssis est un atout.

Vif et efficace, il permet d’espérer un moteur plus puissant à l’avenir.


La guerre des citadines s’intensifie.

Avec l’arrivée de modèles plus affutés, la Corsa affirme ses arguments.

Il reste à convaincre sur le long terme.

Les + :

- Look.
- Châssis
- Position de conduite.
- Ergonomie efficace.

Les – :

- Direction floue.
- Planche de bord.

 :

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Opel Corsa.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.