Peugeot 508.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2019-04-06 11:07:19   

Révolution pour le design de la 508 : Peugeot range au placard l’image passe-partout de l’ancienne génération.

Les créateurs ont dessiné un magnifique ‘coupé-berline’, 5 portes très en vogue aujourd’hui.


Equipée du moteur 1.6 Pure Tech de 180 ch, cette lionne a-t-elle les griffes bien acérées ?



Le charme à la française.

La face avant est très réussie avec les feux diurnes intégrés dans le bouclier, tels 2 crocs prêts à vous mordre.


Le profil est dynamique avec un montant C bien étiré sans être trop allongé. Il offre une belle fluidité à la ligne.


Le côté pratique perd un peu de terrain et l’accès aux places arrière est plus contraignant. Ah, pratique et beauté font difficilement bon ménage…

Le bandeau noir de la face arrière nous rappelle un célèbre justicier qui signe de la pointe de son épée, Zorro.



Visuellement prononcé sur une teinte claire, il sera, par contre, plus discret sur les voitures foncées.

Sous le capot.

Du diesel et de l’essence sont au catalogue et j’ose imaginer une déclinaison hybride dans le futur.

Pour quelques jours, je prends en mains une version essence avec le 1.6 L développant la bagatelle de 180ch pour 250 Nm couplé à une boîte auto à 8 rapports.

Il est donné pour une vitesse maximale de 230km/h et un 0 à 100 km/h abattu en 7,9 secondes.


La consommation annoncée à 5,4 L/100 km me semble optimiste.

En essai, sur des petits parcours et en exploitant les ressources du moteur, elle dépasse légèrement les 7 litres.

🤔

Du côté de l’intérieur.

C’est devenu habituel chez Peugeot, le volant passe par la case ‘rétrécissement’.

Déroutant lors des premières tours de roues pour devenir agréable par la suite.


Malgré les méplats, la lisibilité des informations au tableau de bord est toujours gênée par son arceau.

La planche de bord propose un design original, élégant et travaillé à la fois. Les matériaux sont de bonne facture.


Si l’habitabilité est excellente aux places avant, les passagers arrière seront assis les genoux contre le dossier et la tête proche du ciel de toit.

Au contraire des autres, cette nouvelle génération ne grandit pas. Elle perd 8 cm en longueur et 6 cm en hauteur.

Le coffre offre un volume de 487 litres et peut monter à 1537 litres banquettes rabattues.

Il n’est pas très profond ni très haut mais l’accessibilité est facile.

Comment ça roule.

Discret dans l’habitacle, le 1.6 est un bon compagnon de route. Mais il affirme sa présence dans les hauts régimes qu’il n’aime pas particulièrement.


Il se conduit de manière coulée, bien aidé par une boîte automatique à la fois douce en mode normal et plus nerveuse le mode sport enclenché.

Une fois de plus Peugeot nous concocte un châssis bien affuté qui permet une conduite dynamique, voire sportive.


La suspension (amortisseurs adaptatifs) est bien calibrée, absorbe les imperfections de la route avec une certaine fermeté mais préserve le confort.

La direction est directe et les informations retournées au volant sont limpides.


In Fine.

Changement de cap total pour cette nouvelle 508 qui axe ses atouts sur son design édifiant, son châssis percutant et son confort attirant.


Pardonnons-lui sa perte d’habitabilité arrière largement compensée par sa ‘sexy attitude’ !

Les + :

- Design.
- Duo boîte/moteur.
- Accès coffre.
- Châssis.
- Confort.

Le – :

- Habitabilité arrière.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Peugeot 508.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.