Renault Clio V Intense TCe 130 EDC.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2019-11-03 11:28:59   

Bien sûr, l’expression ‘Best-seller’ ne s’applique pas qu’aux livres.

C’est une qualification que peut mériter une voiture et elles ne sont pas nombreuses à pouvoir se targuer de ce titre.

La Clio est un nom qui perdure depuis près de 30 ans et représente plus de 15 millions de véhicules vendus en Europe.


Après 6 années de bons et loyaux services, la Clio 4ième génération dévoilée en 2012 a fait son temps.

Place à la nouvelle Clio V !

Si chaque génération de Clio s’est vue transcendée par rapport à la précédente, le changement de look est moins radical cette fois.


Avec le succès rencontré par la Clio IV, Renault n’a pas voulu changer un modèle gagnant. La révolution est plutôt bien cachée.

Look.

La signature lumineuse en forme de C est reprise des nouveaux standards de la marque.

La technologie LED est de série sur cette nouvelle Clio.


Les dimensions sont sensiblement identiques.

Ce nouvel opus est un centimètre plus court que la génération précédente, étonnant à l’heure où toutes les voitures grandissent.

Renault reste sur une base de 5 portes, la 3 portes ainsi que le break ne sont pas au planning.


Elle bénéficie d’une nouvelle plate-forme plus rigide et plus légère de 50 Kg, ce qui permettra le placement des batteries pour le modèle électrique.

Engine.

Actuellement pour la Belgique, Renault propose 3 moteurs essence et 2 diesels.

Pour 2020, une nouveauté importante sera la première Clio hybride non rechargeable.

J’ose imaginer qu’une version hybride rechargeable pointera le bout du nez pour cette cinquième génération.

L’entrée de gamme essence se compose d’un 1,0L de 3 cylindres, développant 75ch et couplé à une boîte manuelle à 5 rapports.

Vient ensuite un 1,0L turbo de 3 cylindres, développant 100ch. et associé aussi à la boîte manuelle à 5 rapports.


Le plus virulent des moteurs essence est un 4 cylindres de 1,3L développant 130 ch., relié à la boîte auto EDC à 7 rapports.

Les diesels sont des DCi de 85 et 115 ch. associés à la boîte manuelle à 6 rapports.

Je prends en mains la version essence la plus puissante.

Inside.

La Clio 4 péchait par un intérieur triste et peu flatteur, une amélioration indispensable pour celle qui lui succède et c’est chose faite.


La planche de bord subit un important ‘upgrade’ avec un cockpit digital (pour la version d’essai), des matériaux au rendu beaucoup plus agréable, une console centrale axée vers le conducteur avec un écran multimédia de 7 ou 9,3 pouces.

Cet écran n’est pas disponible pour l’entrée de gamme.


Le GPS regorge d’une multitude d’informations pratiques et son graphisme est au top.

Les sièges avant offrent un excellent rapport confort/maintien.

La position de conduite est satisfaisante, elle offre des conditions optimales pour de longs trajets.


L’espace à l’arrière reste étroit, dans la lignée des voitures du segment B.

Le volume du coffre de 391 litres peut monter à 1069 litres, banquettes rabattues.

Par contre, le seuil de chargement n’est pas totalement plat.


Sur la route.

C’est en prenant le volant de cette ‘bombinette’ que vous mesurez tout le travail invisible effectué sur cette Clio.

Le comportement est sain et sûr. La direction est précise et apporte un bon retour d’informations au conducteur.

Le châssis est bien équilibré et relativement ferme, un mix entre confort et sportivité étonnant mais avec un penchant pour cette dernière.

Je me régale à son volant. Elle enfile les virages avec une dextérité étonnante.

Les accélérations sont franches et la boîte EDC suit la cadence.


J’aurais par contre, aimé disposer d’un mode ‘manuel’ avec cette EDC.

Les palettes sont présentes mais une fois relâchées, le mode auto reprend immédiatement le dessus.

In Fine.

Les designers sont prudents dans le restylage de cette Clio.

Si son habit extérieur est sensiblement proche, la qualité et la technologie embarquée augmentent.


Les ingénieurs sont à l’écoute de leurs clients afin d’améliorer le dynamisme et le plaisir de conduite.

Avec une clientèle habituée à des bouleversements stylistiques, l’avenir nous dira si cette évolution confirme le niveau des ventes.


Personnellement, je rêve déjà à la version ‘RS’ qui serait redoutable.

😉

Les + :

- Duo boîte/moteur bluffant.
- Châssis affuté.
- Insonorisation.
- Matériaux de belle facture.
- Technologie à la pointe.

Les – :

- Timide évolution du look.
- Place arrière étriquées.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Renault Clio V.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.