SPA SIX HOURS 2011 : EXCEPTIONNEL !

Eddy Coppée    2011-10-04 22:50:11   

SPA SIX HOURS 2011 EXCEPTIONNEL


Plus de 500 bolides différents dans le paddock, un soleil omniprésent, un public très nombreux d’un bout à l’autre du week-end, et surtout les meilleures séries européennes réservées aux voitures anciennes, la 19ème édition de F1 Historic & Spa Six Hours s’est soldée par un franc succès ce week-end sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Il est vrai que l’équipe de Roadbook avait mis les petits plats dans les grands pour que le public prenne un maximum de plaisir en bord de piste, mais aussi au cœur du paddock, où le Village faisant la part belle à la famille n’a pas désempli, pas plus que les parkings réservés aux anciennes, et notamment aux Jaguar E-Type célébrant avec fastes le cinquantième anniversaire du modèle.
 
Epreuve qui a donné son nom au meeting, les Spa Six Hours Endurance ont battu leur plein samedi entre 16h00 et 22h00, un peloton de quelque… 109 bolides semant la zizanie sur la piste au cours de la première heure (gros carambolage… sous neutralisation dans le Raidillon !).

Dominatrices aux essais qualificatifs, les Ford GT40 sont parvenues à remporter une sixième victoire dans cette épreuve, les Allemands Christian Gläsel et Ralf Kelleners imposant leur bolide avec près de deux minutes de bon

sur le bolide similaire du Grec Leo Voyazides et du Britannique Simon Hadfield.

Les autres bolides de pointe de ces Spa Six Hours Endurance ont raflé les places d’honneur, avec la Jaguar E-Type de Scragg, Coyne et Wright sur la plus petite marche du podium,


la TVR Griffith 400 de Shipman, Hales et Reuben, 4ème, et la Cobra de Weavers, Batenburg et Van Hoepen, 5ème et lauréate de l’Eau Rouge Trophy. La catégorie Tourisme tombait dans l’escarcelle de la Ford Falcon Sprint des Hollandais Deenik et Waaijenberg, tandis que du côté belge, Jean-Michel Martin et Marc Devis, associés au Suisse Christian Traber au volant d’une Shelby Cobra, ont effectué une jolie remontée au fil des heures de course, pointant un moment dans le top 5 général Le moteur en décidait autrement et dans le dernier quart d’heure un boulu épris de liberté réduisait au silence le V8 de la cobra.

Marc devis était déçu. Jean-Michel Martin avait effectué une remarquable remontée.
 
Un beau résultat pour Van Marsenille et Thierry De Latre du baosqeau sur une Jaguar type E. Seuls deux ravitaillements au mauvais moment on fait perdre 12 et 14 minutes à l’équipage qui n’a pas connu d’autre soucis.

Un succès inattendu aussi pour la petite Ginetta qui rentrait aux stands dans la première heure. Gros problème moteur. Un changement du joint de culasse et deux heures plus tard on revit la sympathique anglaise en piste. C’est cela aussi les 6 heures.

Belle performance de l’MGB de Deneve L/Brison S/Fastres G, un instat dans le top 30, un retour à la pompe dans la dernière demi-heure anihilait une belle course.

Une sanction pas facile à comprendre.La Porsche Deville de Goyet comme d’autres voitures après le passage à la pompe connaissait des ennuis de démarrage. Gérard Marcy qui avait relayé le rallyman Bernard Munster se voyait contrait de rentrer définitivement aux stands suite à un drapeau noir.


Une mention particulière pour les Damseaux avec la petite mini familiale, ils ont fait une course pleine de sagesse. La nuit c’est vraiment difficile avec les GT. Avec un réservoir permettant un relais de 2 heures 30, ils ont réalisé un bel exploit.

Soucis mécaniques pour la lotus de Schrauwen A/Gijzen J préparée par mecauto, un triangle arrière cassé allait ruiner une nouvelle fois les espoirs du team. Classée à la mi course 17°, elle dégringolait ensuite au classement.


Une lotus en chasse une autre puisque c’est à cette même 17° position que Lauwers G/Van Heurck P termienent ces 6 heures sur la lotus .

3° du trophée de l’eau rouge nos compatriotes en oubliaient le podium.Dumolin C/Van Riet C/Meyers S, s’alignaient sur une Ford Mustang.


Beaucoup de soucis électriques pour l’autre Mustang celle de nos amis du BRAVO De Weerdt J/Boels G/Van Sprundel F, après une bougie cassée c’est le circuit électrique et tout le faisceau de distribution qui vont contraindre la mustang à de nombreux passages aux stands.


Une course sage et régulière pour la Porsche 911 du BRAVO Geebelen L/Martens X/Depoortere J s’étaient fixés un tableau sage. Optant pour la fiabilité, ils ont réussi leur pari. A quoi bon aller 5 secondes plus vite si c’est pour perdre 5 minutes au ravitaillement. Cette tactique s’est montrée payante avec une 44° place au final.

Double podium pour Christophe D’Ansembourg

 
Avec un exceptionnel plateau de 28 F1 issus des décennies ’70 et ’80, les Grand Prix Masters ont assurément fait honneur à leur statut de tête d’affiche du meeting. La première des deux joutes voyait le poleman Steve Hartley (Arrows A4 ex-Patrese) partir en toupie dès le premier passage à la Source, ce qui permettait à la monoplace similaire de Rowland Kinch de prendre les devants pour se diriger vers la victoire. Superbe duel entre Williams pour la 2ème place, le Belge Christophe D’Ansembourg (FW07/C ex-Reutemann) prenant le meilleur sur l’Américain Michael Fitzgerald (FW08 ex-Rosberg). Belles prestations d’Alain Plasch (Surtees TS16 ex-Surtees),

8ème, soit trois rangs de mieux que Bernard de Saint-Hubert (Surtees TS20 ex-Brambilla).
 
Nouvelle démonstration des Arrows A4 ce dimanche, avec une épreuve de 20’ neutralisée juste après le départ, suite au crash de l’Arrows A1 ex-Patrese) de Steve Allen dans la descente vers le Raidillon. Le Britannique Rowland Kinch profitait de la relance pour s’envoler vers une seconde victoire en autant de courses, tandis que Steve Hartley débordait Christophe D’Ansembourg en vue de l’arrivée, ce qui n’empêchait nullement le pilote belge de monter à deux reprises sur le podium ce week-end. "Ces Arrows sont un peu plus efficaces que ma Williams au niveau aérodynamique, elles sont bien réglées et leurs pilotes sont vraiment très bons, expliquait Christophe. Je ne savais pas que c’était le dernier, sans quoi, j’aurais sans doute essayé de retenir Hartley derrière moi…"
 
Le festival des joyaux
 
Egalement très attendus, les Masters Sports Cars ont permis aux Lola T70 de monopoliser le haut du classement, comme on pouvait s’y attendre. Et c’est le jeune Britannique Oliver Bryant qui s’imposait assez aisément devant les bolides similaires de David Hart et Leo Voyazides/Simon Hadfield. L’Italien Manfredo Rossi Di Montelera, malchanceux en F1 historique, apportait un peu de variété au classement, en positionnant son Abarth Osella PA1 au 5ème rang. Moins de réussite pour Marc Devis, qui devait se contenter d’une lointaine 25ème place avec sa Lola T70.

 


Autre série très attrayante, l’Historic Grand Prix Cars Association a permis au public spadois de retrouver en piste des F1 des années ’50 et ’60, ayant naguère évolué aux mains de champions aussi légendaires que Juan Manuel Fangio, Jim Clark, Bruce McLaren, John Surtees ou Jack Brabham.

La première joute, disputée samedi, permettait au Britannique Alasdair McCaig d’imposer aisément sa Cooper T53 devant les Lotus de Horsman (18/21) et Middlehurst (25).

Du côté des voitures à mécanique avant, la superbe Maserati 250F du Britannique Miles prenait le meilleur sur la Cooper Bristol du Belge Paul Grant.

McCaig récidivait ce dimanche, d’extrême justesse devant Peter Horsman, l’épreuve étant arrêtée au drapeau rouge suite à la perte de roue de la Brabham BT4 de Harper, alors 3ème. Une position que le Britannique conservait, par le truchement de la procédure de drapeau rouge. Du côté des bolides à moteur avant, nouvelle victoire de la Maserati de Miles devant Paul Grant, meilleur représentant du clan Cooper.
 
Parmi les autres compétitions, on relevait le succès de la Porsche 911 RSR de Mark Bates en Top Hat Masters All Series, tandis que le poleman et premier leader, le Français Boissy (Ford Escort MK1) sombrait en fin de parcours, pour échouer au 4ème rang derrière l’Aston Martin DB5 de McCallum et Bussell et la Ford Falcon Sprint de Voyazides et Hadfield. Domination attendue des Jaguar D-Type dans le RAC Woodcote Trophy, le Brésilien Carlos Monteverde et le Britannique Gary Pearson s’imposant au bout des 20 tours de course. Quant au Trans-Atlantic Prototype Challenge, il était marqué par un triplé McLaren, avec la très moderne F1 GTR 1997 de Ralf Kelleners devançant deux M8F issue de la CanAm, confiées à l’Allemand Hoffmann et au Hollandais Campagne.
 

Podium pour Jackie Oliver
 
Réunissant un plateau d’une quarantaine de voitures de tourisme de moins de 2 litres, l’épreuve du Historic Motor Racing News U2TC a proposé un affrontement trois étoiles entre les Ford Cortina Lotus, BMW 1800 TISA et autres Alfa Romeo GTA. Avec un joli panachage au terme des 20 tours de course, qui voyaient Leo Voyazides et Simon Hadfield (Ford) prendre le meilleur sur Jackie Oliver et Richard Shaw (BMW), tandis que le duo Gans/Wright (Alfa) complétait le podium. Un Jackie Oliver se régalant en assistant aux épreuves des Grand Prix Masters, réunissant une bonne poignée d’Arrows F1, team dont il a longtemps tenu les rênes…
 
L’une des voitures les plus exceptionnelles du meeting était assurément la Ferrari 330 GTO du Suisse Carlo Vögele et du Britannique Willie Green, qui a résisté au retour de l’AC Cobra de Hunt/Blakeney-Edwards dans l’épreuve réservée aux Pre-63 GT.

Un impressionnant peloton de quatre Aston Martin DB4 complétait le top 6 général.

Et de magnifique Ferrari lauréate, il en était aussi question dans le Stirling Moss Trophy, qui a vu le Britannique Bobby Verdon-Roe imposer sa rutilante 246 S devant une pléiade de Lotus XV, avec Wills-Twyman meilleurs représentants des productions de feu Colin Chapman.


Manque de chance par contre pour Eric Mestdagh et Eric Jamar, dont la Tojeiro Jaguar a rencontré des problèmes de freins.

 
Plus éclectique était le plateau du British Sports- GT & Saloon Challenge, qui voyait la Talbot Sunbeam Lotus de Ronchetti et Davies prendre le meilleur sur la Sunbeam Tiger de Beighton et Finnemore, tandis que les Français François et Eric Sechaud (Ford Escort MK1) complétaient le premier top 3 dominical. 
 

C’est toujours sous un soleil estival que ce F1 Historic & Spa Six Hours 2011 s’est achevé par une endurance de 120 minutes, les Masters Gentlemen Drivers, sorte de revanche des Spa Six Hours Endurance.


Marcus Graf von Oeynhausen et Frank Stippler vengeaient l’honneur des Jaguar E-Type en s’imposant au classement général, devançant l’AC Cobra de Rob et Rick Hall, mais aussi la TVR Griffith 400 de Shipman et Hales, 4ème la veille. Un scénario idéal, qui voyait donc une Jaguar E-Type remporter la dernière course du meeting, manière de célébrer son 50ème anniversaire.


La boucle est bouclée… Cap sur la 20ème édition de F1 Historic & Spa Six Hours ! 


Belges et Anglais sur la piste , mais aussi commissaires ....

Les aléas de la course

EDDY COPPEE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.