Spa Classic – 2013, le spectacle vaut le déplacement...

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2013-06-04 23:03:11   


Malgré le temps peu engageant, le public ne se trompe pas : le spectacle dans les stands et sur le circuit vaut le déplacement.

Il est vrai tout est fait pour susciter l’intérêt du spectateur et du pilote. De plus, cette année a vu la première vente Bonhams organisée sur le circuit.

Turbo Magazine Spa Classic 2013.

Plusieurs clubs sont présents et permettent d’admirer des voitures peu banales. Citons parmi d’autres,

TVR

Nissan GTR

Porsche

Hommell

Hommell.

Que dire de la course de caisses à savon ? L’idée est excellente et les pilotes enchantés.

Surtout, une réunion comme celle-ci permet de rencontrer des véhicules exceptionnels et des pilotes connus ou pas, avec ou sans carrière mais tous brûlant de la même passion.

Mercédès C11 de 1989.

« C’est la toute première C11 construite, le prototype. Le propriétaire est Gareth Evans. Cinq exemplaires existent, trois chez des privés, celle-ci, une autre en Angleterre et une en Suisse. Elles roulent en compétition occasionnellement. Les deux autres sont chez Mercédès.

Cette voiture a été pilotée par Michael Schumacher avant la saison 1990, comme pilote du ‘Mercedes Junior Team’.

Pour Gareth et son coéquipier Bob Berridge, c’est la meilleure voiture de course que l’on puisse piloter, elle est parfaite. »

Michael Schumacher.

Sauber Mercedes C11.

  • Philippe Jacob et la ‘Safety Car’.

« Au sein du RAC Spa, je suis pilote de la ‘safety car’. En fonction des courses, une ou deux voitures sont sur place. Par exemple, pour les 24Heures, deux voitures sont présentes à des endroits différents. La safety car prend la piste sur ordre de la direction de course, ralentit et canalise les concurrents sur le lieu d’un éventuel accident ou dès que des situations particulières le justifient (fortes intempéries). Je n’ai jamais pratiqué la compétition mais avec une trentaine d’années d’expérience, j’ai appris ‘sur le tas’.

J’ai conduit aussi les véhicules d’intervention médicale, notamment le véhicule Alpha qui suit tous les départs de course pendant le tour de chauffe et le premier tour de course avec médecin réanimateur en application du règlement FIA. Je suis passé à la direction de course pour découvrir d’autres aspects de la compétition automobile et d’autres moyens de satisfaire ma passion. »

  • John Waters et la TVR Sagora cabriolet.

« Mon nom est John Waters, je ne pratique pas la compétition. Avec mes TVR précédentes, j’ai participé à des journées ‘circuit’ mais pas encore avec la Sagora. Je la possède depuis 2010. Elle est construite par David ‘Plasticman’ Hillis and Brendan of Concept Performance, pas par TVR. Elle est la première réalisation de ce type.

Actuellement, 2 ou 3 autres sont en production. Au départ, la Sagora est une Tamora à laquelle sont inclus des éléments de la Sagaris. Le nom Sagora est une combinaison de Tamora et de Sagaris. Moteur 3600CC, 6 cylindres, 350CV, environ 1200kg. La couleur est ‘cascade violet’. J’aime beaucoup la Sagaris mais elle n’est disponible qu’en hard-top.

En discutant avec David Hillis, j’apprends que TVR avait un projet de décapotable avant de cesser leur activité. C’est ainsi qu’est né le concept de ma Sagora. Je viens d’Angleterre par la route et je suis très heureux de posséder cette voiture. J’aime rouler et j’étais encore à Francorchamps la semaine dernière. »

  • Ford GT40 spider, João Silva.

« Mon grand-père a piloté des voitures de course en son temps. A cette époque, elles n’étaient pas encore ‘Classic Car’. Malheureusement, mon grand-père est mort quand j’avais 15 ans. Mon père conduit des ‘Classic Car’ depuis plus de 10 ans et moi depuis 2010.

Nous parcourons les circuits d’Europe.
J’aime la compétition mais je préfère piloter en ‘Classic Car’. Les voitures modernes disposent d’aides électroniques à la conduite. Piloter, c’est la voiture et moi, plutôt qu’un ordinateur pour vous aider à être plus rapide.

Cette Ford GT40 spider, mon père l’a achetée en 2012, dans l’état exceptionnel où elle est toujours. Elle sort d’usine en 1965, son numéro de châssis est le 111. Quatre exemplaires sont construits dont trois existent encore. J’ignore si elle a croisé des pilotes connus. Je sais qu’en 1965 au Mans, elle a réussi les essais qualificatifs. Avec son moteur de 4700CC et ses 450CV, c’est une voiture merveilleuse et extrêmement rapide. A chaque fois, pour moi, c’est un rêve que de la piloter. Francorchamps est mon circuit favori, très exigeant et tout à fait différent des autres circuits que je fréquente.

Avant celle-ci, voici nos précédents bijoux : Porsche 911RSR de 1974, Porsche 906, Ford GT40 MkII Wesley, Lola T70 spider.

Ma première expérience en ‘Classic Car’ remonte à 2009 : je suis assez riche pour piloter la Porsche 911 RSR de mon père. »

Lien vers la vidéo.

  • Pierre-François Rousselot et la Spice.

« Parisien, je suis de retour à Spa alors que mon dernier passage remonte au siècle dernier. J’ai participé au championnat du monde Groupe C. J’ai roulé à Francorchamps dans les années 80-90, lors des ‘Mille kilomètres’. Ma carrière compte aussi dix participations aux 24Heures du Mans en plus du championnat d’Europe de Formule 3. En 2011, je me dis que le temps passe et que je dois en profiter maintenant. Après une quinzaine d’années d’absence, je suis de retour.

La voiture est une belle histoire. Après sa victoire en catégorie C2 au Mans en 1990, le propriétaire de l’époque considère qu’il doit arrêter la compétition. Il a les moyens de la conserver dans un sous-sol en compagnie d’autres jouets. Elle disparaît pendant 22 ans. Je la retrouve à 2 km de chez moi. Par chance, le propriétaire et moi, nous nous connaissons et je réussis à le convaincre de me la vendre. Elle est entièrement démontée et je la fais rouler. Je dis ‘belle histoire’ parce qu’après avoir gagné au Mans en 1990, elle y retourne en 2012 et gagne en C2, en prologue des 24 Heures ! Cette course est très pénible sous la pluie et apporte ainsi beaucoup de satisfaction.
La distinction entre les C1 et les C2 est basée sur l’allocation de carburant, C2 étant plus économique au point de vue de la consommation.

Le moteur est un 3,5L. Cosworth, V8 de plus de 500CV. Il est dérivé de la F1 et a un des plus beaux palmarès en compétition automobile. Le châssis est un Spice, ce qui est à l’époque, un excellent châssis de 1984 à 1990. Francorchamps est un beau circuit, viril. Si le ‘bus stop’ cassait trop le rythme, la configuration d’aujourd’hui est plus naturelle et très agréable.

Mes participations aux courses sont liées au budget. Après deux participations en 2012, j’espère en faire 2 ou 3 par an. Le bilan est établi après chaque course en fonction des incidents et des réparations nécessaires. Le championnat se déroule sur 6 manches mais je suis présent pour le plaisir uniquement, ma carrière est derrière moi. Pour le budget, sans incident, tous frais comptés, je compte 15.000€. Je suis pur amateur, un copain assure la maintenance technique et un autre, la logistique, nous sommes dans son camion.

J’ai été espoir français de l’année, j’ai essayé de devenir professionnel avec 5 ans de monoplace, en vain. Je suis resté dans le milieu et j’ai travaillé notamment avec Pierre Dieudonné pour des essais de voitures de course et Guy Fréquelin chez Citroën. Avec Alain Prost, nous sortons le livre ‘ Conduite en compétition’. Je n’ai jamais quitté le monde automobile et j’en suis très heureux. »

Cosworth.

Spice.

  • Jean Guikas, Porsche 908.

« Cette voiture est une Porsche 908, née comme une 908/3, barquette avec un moteur 8 cylindres à plat. Elle a roulé à la Targa Florio, à Hockenheim avec Pedro Rodriguez, le pilote mexicain. Accidentée par Rodriguez en 1971, la voiture reste chez Porsche pendant deux ans. Elle est alors vendue à un client privé, qui la veut en configuration ‘turbo’. Elle revient chez Porsche pour modifier le châssis et y placer un moteur 6 cylindres turbo. C’est en quelque sorte, le prototype de Porsche pour la 936.

Cette voiture a couru de 1975 à 1980 avec des grands pilotes. Après être passée chez un collectionneur allemand, elle arrive chez Bernie Ecclestone pour quelques années dans son musée. Vendue à Jean-Marc Luco, elle est préparée pour le circuit en CER (Classic Endurance Racing) et je lui rachète en 2010. Depuis, j’essaye de la faire bien marcher. Je rencontre régulièrement des problèmes, d’allumage pour l’instant. Quand elle va, elle va vraiment bien et c’est génial. C’est une voiture unique !

Comme pilote, je suis finaliste et deuxième du ‘Volant Elf’ en 1983. Je roule un peu l’année suivante et j’arrive aussi en finale du ‘Volant Motul’. Je roule en Formule 3 et je suis invité à des essais en Formule 1 mais mon travail me prend trop de temps et je ne peux assurer les deux. J’arrête la compétition de 1984 à 1998. A ce moment, comme j’ai bien gagné ma vie, je décide de faire les courses historiques et de satisfaire à nouveau ma passion sur les circuits d’Europe. »

Pedro Rodriguez.

Porsche 908.

Porsche 936.

C.E.R.

  • BMW M1.

Elles nous sont présentées par Michael Kammermann, responsable de l’atelier mécanique.

« Toutes les trois sont de 1979, moteur 3500CC, 6 cylindres, environ 400CV, boîte manuelle à 5 rapports. A Francorchamps, la vitesse de pointe atteint environ 260KM/H. Les trois voitures ont des propriétaires différents. Nous assurons la maintenance et la préparation. Chaque voiture a gardé ses couleurs d’époque. Les pilotes étaient bien connus, Dieter Quester, Bruno Giacomelli et Hans Heyer. Ces voitures ont participé aux séries Procar, en lever de rideau des GP F1. Les cinq premiers qualifiés du GP F1 roulaient sur une BMW M1 avec les autres pilotes privés. Je pense qu’il s’agit des seules courses où des pilotes professionnels et privés pouvaient se mesurer.

41 voitures de course ont été construites. La différence entre la voiture de route et celle de course est surtout au niveau de l’injection de carburant, de l’échappement, des freins, de la carrosserie. Ron Dennis a préparé plusieurs voitures. La valeur estimée aujourd’hui varie entre 300.000 et 450.000€. Notre atelier est en Suisse. Nous pensons qu’il existe encore environ 30 BMW M1 de course dont 6 chez nous, ce qui doit être la plus grande concentration de ces voitures au monde. »

BMW M1.

Dieter Quester.

Bruno Giacomelli.

Hans Heyer.

Championnat BMW M1 Procar.

Ron Dennis.

Bref, vous avez compris que si le soleil est peu présent à l’extérieur, ce n’est pas le cas des coeurs de tous ses passionnés.

See you next year !

Dimitri & Philippe Haulet.

Le lien vers les photos.

Vos commentaires

  • Le 5 juin 2013 à 10:06, par annie.haulet En réponse à : Spa Classic – 2013.

    BRAVO POUR TOUTES CES BELLES PHOTOS ET LES COMMENTAIRES ...plus trop souvent sur mon ordi mais je regarde de temps en temps ...Bisous à vous 2...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.