Peugeot 308 1.2 Pure Tech... elle montre les crocs !

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2022-06-16 22:51:52   

La nouvelle 308 a déjà attiré les lumières de la presse et gagné quelques prix dont celui de la voiture féminine de l’année 2022.


Envie d’être embrassé par Dracula ?

Lisez ici...

😱 😰 🥶

Avec son nouveau modèle du segment C en 2021, Peugeot doit montrer les crocs afin de garder une bonne part du gâteau.


Alors, pari tenu ?

Design.

Avec des traits beaucoup plus acérés et une identité personnelle, cette nouvelle 308 fait table rase du passé.

Les courbes de la génération précédente vont au placard pour ne laisser place qu’aux lignes tendues.


Déjà présents sur plusieurs autres modèles de la gamme, la face avant arbore les célèbres ‘crocs’ typiques de la marque de Sochaux.

Ils encadrent une calandre imposante estampillée du nouveau blason Peugeot.


Son profil gagne en dynamisme avec un capot allongé et des ailes généreusement galbées.

La face arrière n’est pas en reste avec des feux étirés et une tôle creusée sous ces derniers qui améliore l’aérodynamisme.

Résultat : un Cx de 0,28.


Côté dimensions, elle s’affaisse de 2 cm et s’allonge de 11 cm pour atteindre 4,37 m.

Nous sommes loin des 4,03 m d’une 306.

🥸

Du côté de l’habitacle.

La portière franchie, je me suis revu au volant d’une compacte allemande aux 4 anneaux.

La planche de bord est structurée, les lignes sont droites et tout comme à l’extérieur, les courbes sont quasi inexistantes.


L’assemblage et la qualité des matériaux sont de bonne facture.

Les incontournables ‘Peugeot Touch’ sont présents avec le petit volant à double méplat et le i-cockpit numérique dès l’entrée de gamme.

Elle embarque un grand écran central de 10’’.

Fluide et intuitif, il permet une prise en main rapide.


Un réel plus par rapport à la génération précédente : le volant intègre en surface des fonctions placées auparavant sur un commodo à l’arrière.

La position de conduite est bonne et les sièges offrent un bon confort.


Avec un espace aux jambes plus restreint, les places arrière sont moins agréables.

Le coffre affiche un volume de 412 litres ou de 1323 litres, banquette rabattue.

Sous le capot.

Sans trop de surprise je retrouve le 1,2 litres PureTech essence de 130 ch.

Disponible pour quelques modèles du groupe, ce petit moulin connu et reconnu fait ses preuves depuis de nombreuses années.


Il permet à cette 308 de passer sous la barre des 10 secondes pour l’exercice du 0 à 100 km/h (9,7 sec).

La vitesse de pointe atteint les 210 km/h.

La version d’essai est équipée de la boîte manuelle qui ne me laisse pas un souvenir impérissable.

La préhension de ce pommeau plastique n’est pas agréable et le débattement flou.

Je cocherais l’option boîte auto à 8 rapports, bien plus intuitive et fonctionnelle.

On the road.

Encore une fois, je retrouve le touché de route typique d’une Peugeot.

Le train avant est précis et l’amortissement filtre les défauts de la route à merveille.

Le confort n’est pas mis de côté car il est meilleur que dans la génération précédente.


Difficile de prendre en défaut cette 308, le sous-virage est quasi inexistant.

Le train arrière colle à la route ce qui la rend très efficace mais un peu moins joueuse.

Les dérobades du train arrière de ma 205 GTI 1,9L ne sont plus que des souvenirs.

😍


Si j’apprécie un petit volant, je suis moins convaincu par les 2 méplats.

Avec ma position de conduite, ils gênent la lecture les infos sur le compteur.

L’affichage tête haute devient mon sauveur.

Le bloc 3 cylindres reste discret en conduite coulée.

Par contre, la barre des 4000Tr/min franchie, il exprime plus de vocalises.

Côté consommation, je suis satisfait de flirter avec les 6,5 L/100 km tout en jouissant de son efficacité sur nos petites routes.

In Fine.

Cette nouvelle 308 s’affirme sur le plan esthétique avec un design plus accrocheur.

L’habitacle reste aussi dans la lignée.

Nous sommes proches du sans-faute pour le plumage.


Avec cette 308 confortable, la prise en main est facile et efficace.

Je regrette simplement ce volant qui m’empêche de profiter du tableau de bord 3D.

Les + :

- Design.
- Insonorisation.
- Consommation.
- Châssis efficace.
- Finition.

Les – :

- Volant.
- Commande boîte manuelle.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Peugeot 308.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.