Saison 2022 sur le circuit de Mugello

Maud Marjolet    2022-04-05 18:04:50   

L’Italie est un point de rendez-vous incontournable des saisons by Peter Auto. Après Imola en 2018 et Monza en 2020, retour sur la première course sur le circuit vallonné du Mugello (5.245 mètres), en Toscane.


Près de 250 pilotes ont répondu présent pour défier les chronos, ou tout simplement pour prendre du plaisir et passer un moment convivial entre passionnés...

MUGELL’EAU LE TEMPS D’UN CHRONO

Le temps…Se confronter au chrono sur la piste où certains pilotes se sont démarqués pendant ces 3 jours de courses, ou se confronter aux conditions climatiques aussi inhabituelles que diversifiées, le spectacle était garanti pour ce premier meeting.

Après 3 jours de courses intenses, entre rayons de soleil, pluie battante, grêle, brouillard et même quelques chutes de neige, les pilotes ont dû sans cesse adapter leur conduite sur une asphalte tantôt mouillée, tantôt sèche.

Vendredi 1er avril, les parapluies étaient de sortie sur la grille de départ !

Si pour certains le pilotage sous la pluie est un calvaire, pour d’autres c’est un véritable challenge, voire un plaisir. C’est le cas du pilote Remi Terrail emmenant sa Porsche 911 Carrera RSR 3.0 (N°20) d’une main de maitre, ce bolide étant réputé pour être joueur sur route détrempée.

Il a pris le départ de la course du Classic Endurance Racing I en pôle position et a terminé à la 24ème place avec son co-pilote Jürg Aeberhard, la course étant dominée par Gonçalo Gomes avec sa Lola T212 1971(N°140), Emanuele Benedini et Alberto Trezzi en Chevron B19 de 1971 (N°151) et Armand Mille avec sa Lola T70 de 1970 (N°35) complétant le podium.

COBRA VS JAGUAR

Enfin une Type E sur la plus haute marche du podium ! La course du Sixties Endurance, souvent dominée par les Shelby Cobra, est une épreuve toujours animée, et ce weekend ne fit pas exception !

Entre procédures de Full Course Yellow, ravitaillements en essence, et accrochages en piste, John Minshaw et Phil Keen ont su déjouer les pièges d’une course d’endurance de deux heures et montent sur la première marche du podium, récompensant leur très belle régularité en piste.

Leur Type E 3.8 L de 1964 (N°133) devance la Cobra 289 de Maxime Guenat et Guillaume Mahe (N°51), tandis que la Cobra Daytona d’Olivier Galant sera rétrogradée en 3ème position en toute fin de course, après néanmoins un superbe cavalier seul pendant une bonne partie de cette épreuve-phare des weekends Peter Auto.

Maud Marjolet
Peter Auto

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.