VW T-Roc Cabrio R-Line.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2022-08-10 13:20:20   


Le dernier cabriolet de la marque VW se repoudre le nez pour les années futures...

A sa sortie, le T-Roc Cabrio avait fait couler pas mal d’encre. Un SUV cabriolet ? Deux mondes se marient : SUV et Cabriolet.

Seules 2 marques avaient franchi le pas et maintenant, seul VW est aux commandes.

Etalez votre crème solaire et embarquez pour un essai ‘cheveux au vent’.


Look.

Comme pour la version SUV traditionnelle, la face avant intègre une nouvelle signature lumineuse avec notamment un bandeau LED qui joint les 2 phares, nouveauté découverte sur la Golf.


Cette version prend 2 cm à sa sœur ‘5 portes’. L’empattement grandit aussi.

Le look est plutôt réussi. Avec ou sans capote, les lignes sont agréables.

Les nouvelles faces avant et arrière affinent encore les traits.



Par une pression sur un bouton de la console centrale, le toit disparaît en 9 secondes et ce, jusqu’à 30 km/h.

La vie à bord.

Dans l’habitacle de la phase 1, la qualité de certains plastiques présents avait essuyé des reproches. VW a bien compris le message et retravaillé son package. Exit le plastique dur.

Place aux nouveaux volant et levier de vitesse.

Mais surtout à un tableau de bord moussé. Les contre-portes s’habillent aussi d’un nouveau revêtement qui mérite les éloges.


Avec cette finition R-Line, le garnissage en cuir des sièges est du plus bel effet.

De plus, ils sont très confortables.


Le volume du coffre avec 280 litres est en deça de la version 5 portes. Néanmoins, suffisant pour y glisser quelques sacs.

Sous le capot.

Je retrouve un binôme testé sur différents modèles du groupe, devenu un best-seller.

Je parle du moteur 1.5 essence-turbo couplé à la boîte automatique à 7 rapports DSG.

Il développe 150 ch. et 250 Nm de couple à 1500tr/min.


La vitesse maximale atteint 205 km/h et l’exercice du 0 à 100 km/h est accompli en 9,6 secondes.

On the road.

Le feeling est plutôt inattendu.

Malgré une hauteur de caisse plus élevée, ce T-Roc se comporte comme un cabriolet traditionnel.

Le train avant est précis et le roulis, bien contenu.

Appréciable !


Souvent, les cabriolets perdent en rigidité et gagnent en poids.

Avec un peu plus de 1,5 tonnes, ce T-Roc Cabrio affiche près de 200 kg de plus que la version tôlée.

Mais il se défend plutôt bien et les kilos supplémentaires ne se ressentent pas trop.


En phase avec la philosophie de ce T-Roc Cabrio, le moteur est bien calibré.

Il se conduit de manière coulée mais ne rechigne pas face aux sollicitations plus importantes exercées sur la pédale de droite.

La boîte DSG fait le job malgré un étagement un peu long. Il vous sera toujours possible de prendre les choses en mains via les palettes situées derrière le volant.

Le toit tombé, les remous d’air présents disparaissent grâce au coupe-vent.

In Fine.

A la fois exotique, attachant et mieux fini, le T-Roc séduit.

Le pas franchi, sa conduite et la vie à bord vous plairont.

Cependant, vos ados à l’arrière devront accepter quelques concessions.

Ce T-Roc Cabrio se sent bien seul dans sa catégorie.


Tant mieux pour lui car il présente plusieurs arguments pour la conduite ‘cheveux au vent’.

Si le billet d’accès est à 37200€, cette version d’essai avoisine les 50000€ avec le moteur 1.5L en version R-Line.

Atouts.

• Sièges confort.
• Moteur/boîte.
• Insonorisation.
• Look.
• Originalité.

A travailler.

• Place arrière.
• Volume du coffre.

Dimitri Haulet

VW T-Roc Cabrio.

Nos photos.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.