Volkswagen Taigo, sur un air de Samba !

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2022-04-27 18:03:09   

Un petit nouveau est né au sein de la famille Volkswagen et particulièrement, dans la branche SUV.
Volkswagen se lance dans le ‘Coupé SUV’, un pas déjà franchi par Audi.


S’il est commercialisé depuis 2020 sous le nom Nivus au Brésil, le Taigo passe par la case Wolfsburg pour y être ‘européanisé’ et mis sur le marché en 2021.

Découvrons ce Taigo sur un air de Samba.


Design.

Malgré une apparence plus petite, le Taigo est pourtant 3 cm plus long que le T-Roc.

Il prend aussi 15 cm au T-Cross. Sa longueur atteint 4,26 m pour une largeur de 1,75 m et une hauteur de 1,51 m (5 cm de moins que ses 2 comparses).

Ces dimensions lui confèrent une stature plus ramassée.


La ligne de toit plongeante assure une ligne plus jeune, plus sportive par rapport au SUV habituellement très carré. Une touche de sportive.

Quelques éléments ‘baroudeur’’ sont intégrés : les barres de toit, les tours d’ailes en plastique noir, la hauteur de caisse plus importante…

Cependant, la traction intégrale n’est pas disponible.

Si la signature lumineuse LED à l’avant est proposée de série,


il faudra monter dans la gamme pour obtenir la bande lumineuse qui joint les phares aux feux matriciels (IQ light).

La face arrière intègre des phares LED étirés et reliés par un vrai bandeau lumineux continu contrairement au T-Cross qui ne propose que des catadioptres.

3 versions sont au catalogue : Life, Style et R-Line.

Du côté de l’habitacle.

Le Taigo est basé sur la plateforme MQB A0 des citadines du groupe.

L’habitabilité est étonnante. 5 adultes y trouveront leurs aises et ce malgré une lunette arrière inclinée qui supposerait une perte de hauteur aux places arrière.


Grâce au double plancher, le coffre offre le volume de 438 litres.


Même pour les grands conducteurs, les nombreux réglages du siège permettent de trouver la bonne position de conduite sans pénaliser les passagers arrière.

L’assise est agréable et le maintien latéral assuré dans cette finition R-Line.


La planche de bord est quasi identique à celle de la Polo avec des matériaux en plastique moussés. Plutôt flatteur.

Dès l’entrée de gamme, il propose des compteurs numériques souvent réservés aux niveaux de finition supérieurs.


Les multiples réglages passent par l’écran central ( jusque 9,2’’ en option), une procédure que VW propose souvent.

Sous le capot.

3 motorisations sont au catalogue avec le 1.0 TSi de 95ch. ou 110 ch. ainsi que le 1.5 TSi de 150 ch.

Côté boîte de vitesse, vous choisirez entre la manuelle 5 ou 6 vitesses sans oublier la célèbre DSG à 7 rapports.

Pas de diesel en perte de vitesse sur le marché automobile et VW ne propose pas non plus, la micro-hybridation au vu du très faible gain sur ces petits moteurs.


Le Taigo reste une traction, la transmission intégrale étant réservée au T-Roc.

Je prends en mains durant quelques jours, la Version R-Line équipée du bloc 1.0 de 110 ch. couplé à la boîte DSG 7.

Elle annonce un 0 à 100 km/h plié en 8,3 secondes et une V max de 212 km/h.

On the road.

Sur le tarmac, je retrouve immédiatement le touché de route de la Polo. La conduite se veut facile, simple, sans surprise.

Le petit bloc 1.0 est relativement discret.

Il émet en revanche plus de vocalises dès la barre des 3500Tr/min franchie. Elles ne sont pas mélodieuses.


La direction n’est pas très tranchante mais ne dénote pas avec la philosophie de ce SUV urbain.

La boîte DSG maintient les régimes moteur vers le bas du compteur, ce qui permet une consommation maîtrisée.

Rapidement, j’enclenche le mode ‘sport’ sur la boîte afin de profiter du tonus de ce petit bloc. L’agrément de conduite est bien plus présent.

L’amortissement reste aligné avec d’autres modèle de la marque, un curseur plus axé sur la fermeté que sur le confort, sans être trop rigide.


In Fine.

Le T-Cross a du souci à se faire.

Le Taigo arrive avec un équipement de série plus complet, une habitabilité mieux pensée et surtout avec une ligne coupée plus jeune.


Il ouvre le monde du SUV Coupé à de nombreux clients potentiels grâce à un prix relativement attractif.

Vous débourserez 27000€ pour accrocher la première version de la gamme.

Les + :

- Habitabilité.
- Consommation.
- Qualité perçue.
- Rapport prix/équipement.

Le – :

- Commandes pas toutes intuitives.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

VW Taigo.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.